Peter Gabor retrace l’histoire

de TypoGabor présente

 

Non, Monsieur Pierre Leguerrier, Peter Gabor n’était pas fou! Contrairement à ce que vous annonciez, de manière incrédule, à chaque réception du magazine de notre collègue parisien, l’homme savait parfaitement ce qu’il faisait. Et il le faisait avec brio, talent et peut-être, peut-être, un soupçon d’incon-science que l’époque et la ville où il excerçait lui permettait.


Avec «TypoGabor Présente», Peter Gabor ne dirigeait plus un atelier typographique mais était devenu un facteur de typographie à l’instar des artisans produisant les meilleurs instruments de musique.


En retrouvant ces couvertures, impos-sible de ne pas succomber à une certaine nostalgie ni à une réelle fierté d’avoir collaboré à «L’Amour Chronique».


Merci Peter!